Hydrofugation de la pierre par imprégnation invisible

 


HYDROFUGATION PAR IMPREGNATION INVISIBLE DE LA PIERRE 

Les effets néfastes de l’eau sur des matériaux de construction et de l’humidité qui provoquent une forte diminution de l’isolation thermique.

Les matériaux de construction ( pierres , briques,…) peuvent êtres protégés efficacement au moyen d’une imprégnation hydrophobe.

Depuis de nombreuses années, l’emploi de produits chimiques pour la protection de bâtiments a augmenté.

Ces produits sont devenus nécessaires.


Les causes sont :

La forte augmentation des gaz d’industrie, la poussière, ceci combiné à la pluie, la chaleur et le gel. La solidité de la structure des matériaux (pierres, briques) est endommagée aussi bien à la surface qu’intérieurement.

L’eau pénètre dans la pierre ou la brique et dissout les sels neutres ou alcalins.

Lors du séchage, ils sont transportés par la capillarité des matériaux jusqu’à la surface où ils ressortent.

L’eau et l’acide carbonique de l’air.

Cette réaction se passe facilement dans les pierres ou briques qui possèdent un liant calcaire et détruit de cette façon la structure.

Une partie de ce sel soluble est transporté lors du séchage à la surface, provoque une efflorescence et peut éventuellement former une croûte qui diminue la porosité.

Le changement de volume des cristaux dû à l’intéraction de l’humidification et du séchage détruit finalement par la pierre.


L’eau et les sels de sulfate

Si dans une pierre à liant calcique la réaction se produit et que la pierre contient également des sels de sulfate, la chance est grande qu’avec l’eau comme solvant et comme moyen de transport, la réaction se produise et forme du sulfate de calcium.


Si le sulfate de calcium ainsi formé est hydraté par un supplément d’eau :

Il forme du plâtre , ce qui signifie une augmentation de volume de 100%.

Par une autre réaction, notamment celle de l’oxyde d’aluminium qui se transforme en sulfate d’aluminium, le volume est augmenté de 1400%.


L’eau et les acides sulfuriques Si une pierre a été exposée pendant longtemps à ces procédés de désagrégation, elle montre la structure suivante :

– Extérieurement il y a croûte dure et compacte et en dessous une couche poreuse et friable qui ne contient pratiquement plus de liant.

– Derrière celle-ci on retrouve la partie saine, riche en liant.

Si la croûte extérieure est endommagée, suite à des influences physiques, par exemple la température, l’eau peut facilement pénétré dans la zone désagrégée et faire sauter l’encroûtement.

La partie désagrégée disparaît ensuite assez rapidement par érosion, la pierre est à nouveau exposée aux procédés de désagrégation et le cycle recommence.

Maintenant la question se pose de savoir quelles sont les mesures qui doivent être prises et quels sont les produits qui peuvent être employés pour donner une protection maximal contre l’humidité, sans pour autant changer la fonction et l’aspect de la construction.

Comme traitement, l’imprégnation est la plus facile et la moins dangereuse, de toute façon celle qui comporte le moins de risques.

Pour une protection efficace sous forme d’une imprégnation, seuls des produits ayant de vraies propriétés hydrophobes sont appropriées.

Sous le nom « HYDROFUGE », nous entendons des produits chimiques qui physiquement parlant peuvent changer la tension superficielle entre l’eau et la partie minérale.

Il faut apporter une propriété aux matériaux qu’ils ne possèdent pas au départ. Au cours des années, une multitude de produits pour la protection des bâtiments, comme des polymères organiques et anorganiques, des sels métalliques, etc… ont été appliqués.

Depuis une quarantaine d’années, des silicones sont également employés.

Le produit d’imprégnation ne doit pas changer l’aspect de la construction, doit pénétrer profondément et sa tension superficielle par rapport à l’eau doit être élevée.

Les produits d’imprégnation doivent donc avoir de bonnes propriétés hydrophobes pour éviter les humidifications, l’efflorescence de sels, les salissements et les dégâts causés par le gel.

D’un autre côté, les produits d’imprégnation doivent laisser diffuser la vapeur d’eau.

L’effet hydrophobe doit être tel, que des crevasses allant jusqu’à 0.2mm soient recouvertes.


 

Info/Devis